Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Agrithéâtre,

L'Agrithéâtre,

le lieu culturel qui se construit avec ceux qui sont là


Pensée fugace suite à une mort attendue.

Publié par Agrithéâtre sur 14 Septembre 2022, 23:58pm

De l’intellectualité de Godard nombre d’intellectuels en ont fait un objet de vénération sans toujours le saisir,  tandis que les intellos le méprisaient en le traitant d’intellectuel. Mais globalement on disait de lui et de son cinéma qu’il était incompréhensible. De fait, sont cinéma se plaçait au niveau d’un métalangage sur l’acte cinématographique, usant de toutes les figures de rhétorique faisant de son image une presque littérature, allant jusqu’à filmer l’écriture elle-même, la citer par la voix des acteurs, la juger supérieure à la musique.

Il a influencé mon écriture au théâtre, il a nourri mon regard. Le perdre est douloureux car avec lui s’en va une éthique de l’art lui-même, des endroits de l’histoire du XX° siècle, avec ses gloires et ses erreurs, toujours assumées, jamais regrettées, une œuvre à part entière dont la singularité nous conduit à devoir être intelligent si jamais cela nous a échappé.

https://static1.srcdn.com/wordpress/wp-content/uploads/2022/03/Jean-Luc-Godard-Director.jpg

Parallèlement à sa disparition et la présence de son œuvre exceptionnelle, un anniversaire autre est fêté cette année, celui des 100 ans d’ « Ulysse » de James Joyce, autre pavé littéraire qui se voudrait être un labyrinthe. Personne aujourd’hui ne voit Godard ou ne lit Ulysse, et la raison est que c’est chiant, au dire de ceux qui ne le lisent pas, qui ne le regarde pas. Il y a des séquences dans Godard, jubilatoires, bouleversantes comme dans Ulysse des pages qui sont elle-même des morceaux de films, car le lecteur ne peut que voir  les images en lisant.

Notre époque prend des chemins bien étranges, la pensée que certaines œuvres suscitent en nous, nous aide à faire un écart entre la vie et l’art, que l’argent tend à confondre dans le creuset des émotions que doivent provoquer les productions littéraires et filmiques qui écrasent notre sens du jugement esthétique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Cette année célèbre aussi le centenaire de la mort de Proust. Une certaine bourgeoisie ne manquera pas d'organiser son lot de cérémonies... mais lira-t-on Proust pour autant ?<br /> J'avoue ne pas assez intelligent pour apprécier les subtilités de Godard. J'aime bien, je ne comprends pas tout, "Soigne ta droite" m'a beaucoup fait rire (je me souviens de Galabru exhortant "Platini !" au milieu des cadavres du Stade du Heisel...)<br /> Ulysse est dans ma pile à lire depuis déjà longtemps... Je crois qu'il faut une vie pour oser l'aborder... On comprend que notre époque qui nous pousse à consommer plutôt que savourer ou ruminer, penser, ne mette pas les bouchées doubles pour la promotion de tels oeuvres d'art.<br /> Le plus grand trésor qu'on puisse amasser, c'est le temps.<br /> J'aimerais bien vivre au XVIIème Siècle...<br /> Je vous embrasse tous, <br /> Marc
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents