Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Agrithéâtre,

L'Agrithéâtre,

le lieu culturel qui se construit avec ceux qui sont là


STOP suspendu dans l'enfermement

Publié par Agrithéâtre sur 19 Mars 2020, 08:41am

STOP en chinois

STOP en chinois

CHAPITRE 1er

MESURES CONCERNANT LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

Art. 1er. – Afin de ralentir la propagation du virus covid-19, les établissements relevant des catégories
mentionnées à l’article GN1 de l’arrêté du 25 juin 1980 susvisé figurant ci-après ne peuvent plus accueillir du
public jusqu’au 15 avril 2020 :
– au titre de la catégorie L : Salles d’auditions, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple ;
– au titre de la catégorie M : Centres commerciaux ;
– au titre de la catégorie N : Restaurants et débits de boissons ;
– au titre de la catégorie P : Salles de danse et salles de jeux ;
– au titre de la catégorie S : Bibliothèques, centres de documentation ;
– au titre de la catégorie T : Salles d’expositions ;
– au titre de la catégorie X : Etablissements sportifs couverts ;
– au titre de la catégorie Y : Musées.
Pour l’application du présent article, les restaurants et bars d’hôtels, à l’exception du « room service », sont
regardés comme relevant de la catégorie N : Restaurants et débits de boissons. L’ensemble des établissements de
cette catégorie sont en outre autorisés à maintenir leurs activités de vente à emporter et de livraison.
Les dispositions du présent article sont applicables sur le territoire de la République.

La crise sanitaire actuelle tient lieu formidablement de métaphore de notre insécurité, de notre absence de lucidité face à une mondialisation non réfléchie, de notre impuissance à imaginer un destin de l’humanité tant nous sommes plongés dans un consumériste enfantin géré par des puissances financières aveugles.

Lors de notre dernière assemblée générale où nous étions nombreux et d’horizons divers, nous avons réfléchit ensemble avec des divergences et des points de vues inégaux, sur une identité de l’Agrithéâtre. Et nous n’avons débouché que sur un constat : ce lieu est une construction d’identité à lui seul. C’est un lieu qui se construit avec d’autres. Disons que cet édifice se fait toutefois dans le soucis d’une intelligence collective, au delà de chapelles politiques, et idéologiques. Ce lieu est un lieu de croisement d’expériences artistiques, de penser, de formes artistiques et philosophiques, il se veut force de proposition non d’un entre soi, mais de l’édification d’une nouvelle conscience de l’humanité.

Cela est ambitieux certes.

Alors jouons le jeu, et sans jugement.

La municipalité ( Francoulès ) de notre territoire ( le grand Cahors ) a qualifié l’Agrithéâtre de lieu élitiste.

Je pose dès lors la question « qu’est ce que l’élitisme ». La définition qu’en donne Wilkipédia, encyclopédie populaire, est « une idéologie qui juge le peuple inférieur et devant être gouverné par une classe supérieure ». Le Robert donne comme définition « ce qui sacrifie à l’élitisme» à savoir « au système favorisant les élites au profit du plus grand nombre ». Antoine Vitez, grand homme de théâtre du XX°siècle parlait de culture élitaire pour tous, à savoir que le peuple avait droit à la qualité des savoirs.

L’Agrithéâtre n’est pas une idéologie, c’est un concept. Ensuite la culture populaire est en quelque sorte une invention de l’élite, installée par la bourgeoisie. Et par voie conséquente, entérinée par les idéologies qui lui sont de fait soumises, comme peut parfois l'être le communisme, qui font qu’il y a une culture pour le peuple, accessible au peuple, et qui par là même continue à maintenir ce peuple dans un état de soumission.

On dit qu’il n’y a de culture que bourgeoise, mais alors que dire des autres cultures, par là des autres peuples, et des peuples sans écritures ; cette distinction me semblant essentielle dans notre propos, car c’est par l’écriture que s’est imposé notre occidentalité et notre technicisme de dominants. Et qui plus est de l’écriture phonétique des langues. Nous avons ainsi stocké de la pensée, mise à disposition de ceux qui savent lire, d’où la volonté d’alphabétiser, nous avons constitué des élites de lettrés, qui ont fait une rétention culturelle à des fins de contrôle et de gouvernance.

Entre temps la société du spectacle a conçu une église médiatique, avec un autel de prière qu’est la télévision ( voir de loin ), et désormais les écrans de toutes sortes ( tablettes, iphones, ordinateurs, consoles de jeu) . D’où un contrôle parfait du peuple, plus exactement de la pensée du peuple. Et un avilissement de la faculté de penser et la possibilité de concevoir pour chacun un esprit critique. Nous quittons  l’ère de l’a-culturation, pour entrer dans celle de l’amachination. Un pouvoir invisible a pris les commandes, le numérique, géré par des multinationales qui sans relâche maintiennent à flux tendus des besoins, et écrasent le désir.

 

 

Quant à la suite de la crise du covid 19, les labos pharmaceutiques vont trouver le vaccin parade au virus, la science va sauver l’humanité ! On va produire encore plus bio et foncer vers des énergies vertes, et aller enfin bouffer du canard laqué  au restau . Le tour sera joué !

La croissance va repartir à la hausse, après une baisse pareille, et le capitalisme va tirer profit de la crise en économisant quelques lits en EPAD. Une nouvelle info va être trouvé pour ne pas lâcher la pression, tandis qu’une autre pandémie mutante couvera chez le chat, ou le chien, voire le vers de terre, pourquoi pas ! Alors le système va passer son temps à sauver l’homme à défaut de sauver l’humanité, et les consommateurs vont s’enthousiasmer. Décidément le blockbuster est parfait ! Macron en héraut de la France, a tué le virus, quel combat !

Ce scénario sera t il encore longtemps crédible ?

 

Où en sommes nous de l’humanité ?

 

C’est cette question que l’Agrithéâtre se propose de poser, de faire poser, et donc effectivement de créer une gouvernance collective intelligente du lieu Agrithéâtre, dans la pensée du concept de recherche qui est le nôtre, et non un entre soi imbécile de jouisseurs, et ce afin de prospecter l’invisible des pouvoirs actuels occultés par l'ignorance.

En tant que directeur artistique du lieu je me permet d’affirmer que la direction que je nous propose de suivre ne peut bien sûr n’être que hors institutions, car l’institution fabrique du carriérisme, donc ce conformisme qui entrave le « développement d’une nouvelle forme d’intelligence pour faire face à la combustion de notre planète1 ». J’invite les porteurs de projets artistiques, de projets politiques libres, hors idéologies, d’inventeurs de lieux de paroles, d’apprentissages, d’ateliers de toute sorte allant dans ce sens, à rejoindre notre réflexion et à participer à la construction de cet Oasis Agrithéâtre lieu de respiration dans l’ étouffement algorithmique contemporain.

( à suivre )

Je précise à qui veut l'entendre que l'enfermement et la fermeture des frontières, ainsi que le zéro culture,  sont un scénario fasciste. C'est bien sur une métaphore, à savoir une figure de rhétorique qui "porte le sens au delà". 

Au delà du virus, bien sûr.

 

 

 

 

1 Achille Mbenbe, philosophe. Brutalismes édition la découverte 2020

https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/la-suite-dans-les-idees-emission-du-samedi-25-janvier-2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents