Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Agrithéâtre,

L'Agrithéâtre,

le lieu culturel qui se construit avec ceux qui sont là


Assemblée générale de l'Agrithéâtre en février

Publié par Agrithéâtre sur 31 Décembre 2020, 12:13pm

Assemblée générale de l’Agrithéâtre

Le 14 février 2021

Qui m’autorise à faire ce que je fais ? Ça c’est la question fondamentale, et si nous n’avons pas accueilli l’autre, eh bien, nous ne pouvons pas lui faire subir ce que nous lui faisons subir souvent, il faut attendre que l’autre nous donne l’autorisation, alors là nous pouvons y aller. Un petit peu comme le bandit, qui au début de la réunion répondait, à la question « de quoi allons-nous parler aujourd’hui ? », « de moi !». Fin de la réunion, il était accueilli, tout le monde avait le sourire, et le lendemain il demandait comment il pouvait faire pour avoir une carte d’identité. Tout ceci nécessite cette éthique de base qui est celle de : « être là » ; je suis là, et je suis responsable de ce que je pense.

 

Michel Balat – séminaire

 

 

Notre président et notre D.A viennent de fixer la date de la prochaine assemblée générale de l’Agrithéâtre au 14 février 2021. Y sera présent le bureau de l’association et nous y attendons nos adhérents et leur soutient. Après exposition d’un bilan comptable, et des divers accueils, de nombreux sujets seront abordés et bien évidemment la crise dite sanitaire que nous traversons, avec ses conséquences très dures pour le secteur culturel de l’état, et qui va très vite avoir de sévères amputations sur le monde associatif subventionné.

La question des subventions ne touche pas l’Agrithéâtre, puisque ce dernier a une position éthique concernant le refus de subventions.

Notre bureau se réunit le 9 janvier afin d’examiner nos comptes, faire un bilan de l’année écoulée, et réélire le bureau. Notre secrétaire Marie Baldy souhaite en effet se retirer de son poste, mais non de sa qualité de membre actif de l’association, car ses activités ne lui permettent pas une présence régulière aux réunions. Notre président en revanche se rend disponible et reste le garant d’une déontologie que lui et notre directeur artistique Benjamin Sisqueille ont communément élaboré au fil d’années de pratiques artistiques. Un autre secrétaire sera proposé en la personne de Gilles Septier.

 

Lors de la précédente assemblée, des voix s’étaient élevées avec des propositions diverses et constructives que notre bureau a débattu. L’identité de l’Agrithéâtre se dessine toujours comme le lieu, non de l’autre, mais du commun. Notre époque se voit être dans un déficit du commun, car le replis sur soi des individus a été considérablement accéléré par les réseaux sociaux et le numérique en général. Il nous faut parler à nouveau de commun, cela devient urgent et capital, à moins d’épouser des idéologies nationalistes qui fondent un faux commun, un renforcement identitaire basé sur des mythologies hélas très archaïques.

Les mythologies sont par essence des archaïsmes, mais la culture Américaine a réussi ce stupide tour de passe-passe (et de force) , de créer des mythologies futuristes pour étayer leur idéologie, et pour cause celles ci étant issues du rêve Américain. Leur impact sur la jeunesse depuis les années 60 a été important et a achevé, avec entre autre les jeux vidéos, de former des modes de penser. Pourquoi l’Europe se met elle alors à créer des nationalismes sur des  mythologies néo historiques, comme celles des gaulois et de Jeanne d’Arc ? Le contre courant devient abyssal.

 

Ces questions sont éminemment culturelles, et la place de la culture dans notre pays mais aussi dans un projet Européen est essentielle. Le territoire est linguistique avant tout, la langue est garante d’une culture, mais dès que celle ci devient une langue technique au service du commerce et de la science, les identités sont dissoutes. Recréer une autre façon de servir sa culture et d’en faire un moteur face aux autres cultures non en les écrasant mais en faisant agir l’écart de ces cultures, voilà un véritable projet Européen. Il me semble d’ailleurs avoir été esquissé lors des révolutions de 1840 en Europe ( le printemps des peuples ). Il va de soi que le réchauffement climatique allié à l’évolution numérique, ainsi que d’autres paramètres sociaux et philosophiques nous amènent à devoir penser autrement notre humanité.

Et par conséquent l'art vivant.

Cela reste avant tout un des axes du projet Agrithéâtre et c’est à cette réflexion que nous nous livrerons lors de cette assemblée. Nous vous y attendons nombreux, et nous sommes confiants dans vos présences et dans vos propositions.

L’identité en construction de l’Agrithéâtre se poursuit avec vous, car c’est « le lieu qui se construit avec ceux qui sont là ».

L’Agrithéâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents