Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Agrithéâtre,

L'Agrithéâtre,

le lieu culturel qui se construit avec ceux qui sont là


Un festival sans spectateurs

Publié par Agrithéâtre sur 9 Mai 2023, 23:43pm

Un festival sans spectateurs

Le théâtre subventionné n’est pas politique, tout le monde pense cela. Le vieil adage Romain « panem et circenses », du pain et des jeux, annonce bien sûr un traitement de gestion managériale du peuple, à savoir de la bière et du football , et on oubli sa journée au bureau ou derrière le camion de ramassage d’ordure. Il peut avoir des variantes avec Netflix et des pizzas livrées, suivant son élévation dans la hiérarchie socio culturelle.  Le peuple ne va pas vraiment au théâtre, qui reste une sortie bourgeoise. Cette gestion du peuple par le divertissements endigue la possibilité des révoltes, en canalisant la libido de la middle class  qui pourrait très bien dériver en révolte contre l’ oppression néo libérale. Le divertissement décharge la pulsion, et la police se charge des hooligans à la porte des stades, paraît il.

Le théâtre est un acte politique, il doit amener à la réflexion et non à la soumission, où à la jouissance du confort des élites. La place du théâtre amateur dans tout ça ? Je dirai qu’il n’a pas de place. Qu’il ne sait pas la trouver, qu’il reste un semblant de théâtre qui imite le professionalisme, l’amateur joue à jouer, joui de jouer sans accéder au sens de son acte. Je dirai que l’acte amateur pourrait devenir  un véritable acte politique au sens où il convoquerait dans un endroit autre, un endroit audacieux du sens de l’humain, dans lequel il deviendrait dès lors vraiment populaire par le questionnement qu’il proposerait , qui serait celui de rendre au spectateur sa place de citoyen actif. Il me semble que ce devrait absolument être la mission et la place  du théâtre amateur aujourd’hui.

Mais le degré de soumission du peuple à un confort dévorant et souvent superflu, ce besoin de sécurité, de protection nous ôte tout désir d’être les acteurs de notre monde. Et peut être est il déjà trop tard.

Le festival de Saint Céré de ce point de vue est remarquable. Aucun spectateur. Entre 7 et 30 dans une salle de 100 personnes. Des amateurs venus voir des amateurs. Clonage du théâtre Bourgeois en quelque sorte. Un théâtre bientôt sans spectateurs, autre que ceux d’un entre soi sans imagination, venus se voir sans échanger, sans se questionner, sans se présenter, s’entraider. Quelque chose de mort, dans une MJC devenue maison des associations, lieu déserté, vide, à l’abandon.

Une fédération de théâtre amateur dont la déontologie semble être une diffusion de la culture,  et qui invente le premier festival sans spectateurs.

Bravo.

Et merci à Henry et Cyril, qui se sont mis au service de tous avec un matériel pauvre, une communication inexistante avec le mot d’ordre pratique de la fédération : «  Tu t'adapteras comme les autres avec ce qu’il y aura ». Merci à ces deux hommes généreux et présents mais impuissants devant tant de négligence d’organisation.

Au fait : pourquoi ce non évènement ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents